S'installer tant qu'IDE en Suisse!

La Suisse est, et reste malgrès les dernières "votations" du 9 Février 2014, une destination très prisée des infirmier et infirmières français. Les raisons souvent avancées parlent de:

    • La proximité: Genève se trouve à 1h40 de Lyon
    • Un salaire plus élevé
    • De meilleures conditions de travail
    • Etc...(et qu'on ne me parle pas du secret bancaire svp!)

Mais certains aspects restent utiles à garder en tête avant de tenter le grand voyage!

Inf Suisse

État des lieux de l'exercice infirmier en Suisse

Un nombre d'infirmier par habitant important

Ce pays fais partie de ceux qui comptent le plus d'infirmiers rapportés au nombre d'habitant. Ils sont près de 60'000 à y exercer, ce qui revient presque à 16 infirmiers pour 1000 habitants. Pour nos 66Mio d'habitants français, le nombre d'infirmier selon le répertoire Adeli (très probablement surévalué) indique 600'000 infirmiers pour 2014, ce qui équivaut en France à 9 infirmiers pour 1000 habitants. On peut donc en effet faire le parallèle et imaginer de meilleures conditions de travail au sein même des services.

En effet, on estime qu'en moyenne un(e) infirmier(ère) suisse a 4 à 6 patients à charge contre 12 à 15 patients en France (oui c'est une moyenne...). Aussi les horaires seraient plus souples et les dépassements du temps de travail bien moins importants qu'en France. On laissera à chacun imaginer les différences au niveau de la qualité de la prise en charge.

Les modalités d'exercice
  • Environ 75% exercent dans des cliniques privées, des établissements médicaux-sociaux (EMS lié à chaque canton), la Fondation des Services d'Aides et de Soins à Domicile (FSASD: équivalent du SSIAD chez nous)
  • Les 25% restants se situant dans les cabinets, laboratoires d'analyse, écoles, entreprises, ...
  • Pas d'Infirmiers libéraux (IDEL) en Suisse car les soins à domicile sont pris en charge par les EMS et les FSASD.
Une forte proportion d'infirmiers étrangers

Suivant les cantons et les villes, le pourcentage d'infirmiers étrangers peut être très important. Exemple à Genève: 29,5% d'infirmiers sont Suisses, 60,2% d'infirmiers Français, et le reste d'autres nationalités.

Attention cependant, la Suisse est un pays qui compte 3 langues nationales (aller 4 avec le romanche). La Suisse francophone est appellée Suisse Romande et représente 20% des infirmiers. Les cantons de Suisse romande sont: Vaud, Genève, Neuchâtel, le Jura, le Valais (72% de francophones), Fribourg (70% de francophones), et Berne (8,2% de francophone... c'est pas zero!).
Après si vous êtes familiers de la langue de Gœthe ou de Dante, vous pourrez aussi vous installer soit du côté de la Suisse allemande soit de celui de la Suisse italienne. Attention toutefois, car même avec des notions d'allemand vous risquez un fort dépaysement: la langue parlée la-bas étant le schwiizerdütsch ("suisse-allemand". C'est bon, vous saignez des orielles?).

Le salaire

AAAh nous y voila!

Parmi les idées reçues, la Suisse est souvent dépeinte comme un pays où l'on est mieux payés mais que le coût de la vie y est bien plus élevé. Voyons dans quelle mesure.

La rémunération en elle-même

Elle peut varier sensiblement en fonction de l'établissement, mais surtout du canton. Les impôts étant prélevés à la source, le salaire net revient en moyenne entre 3000€ et 4000€ contre 1484€ pour la France. Notre pays est en effet parmis ceux où les infirmiers sont les moins bien lotis (voir comparatif ci-dessous).

Comparatif européen
Le "coût de la vie "

En effet on l'a dit, le coût de la vie est bien plus élevé qu'en Suisse. Que tout le monde se rassure cependant, la différence de salaire compense aisément ces dépenses. Au niveau des charges salariales, il faut savoir que le ratio brut/net est meilleur qu'en France: 23% du salaire représentent ces charges contre environ 15% en Suisse.

Outre le fait que l'alimentaire est plus cher, que la location d'une simple chambre en collocation peut revenir aux alentours de 500 à 800€/ mois, et que les places de parking sont (très) chères et rares, il faudra aussi compter sur quelques dépenses en plus.

Autant dire que pour les frontaliers...le beurre et l'argent du beurre quoi. À condition d'éviter une certaine bande au niveau de la frontière où tous les loyers du côté français subissent l'"inflation frontalière"...

L'assurance maladie: LaMal

En effet, l'assurance maladie en Suisse est payée directement par chacun, indépendament de son salaire. Il faudra donc s'acquitter de votre cotisation à l'assurance maladie. Pour les travailleurs résidant en Suisse, elle est obligatoire et s'appelle LaMal. Il y a plusieurs caisses d'assurance maladie, proposant toutes la même couverture: autant payer la moins chère. Les seules différences de prix se justifient par les services proposés tels que le tiers payant par exemple.
Les frontaliers ont droit à un régime spécial: l'assurance maladie pour frontaliers

Reconnaissance du diplôme et Permis de travail

Dans le canton de Genève, en plus des autres coût administratifs, vous devrez vous acquitter d'une somme de 700€ à la Croix-Rouge Suisse afin de faire reconnaître votre diplôme. Pour tous les autres cantons de Suisse Romande (francophone), le "simple" diplôme français suffit.

En ce qui concerne le permis de travail, il devra en effet être obtenu auprès de l'administration cantonale. Pour les personnes voulant s'installer sur le territoire helvète, voila les permis possibles:

    • Permis L (de courte durée) : il est délivré pour un contrat de travail allant de 4 mois à 1 an (ou déclaration d’engagement). Valable une année, il est renouvelable, et sera transformé en Permis B après 30 mois de séjour.
    • Permis B (autorisation de séjour) : délivré lui aux ressortissants de l’UE souhaitant s’installer en Suisse pour au moins 1 an (avec contrat de travail de cette durée au moins). Il est valable cinq ans
    • Permis C (permis d’établissement) : plusieurs conditions d'obtention: résider en Suisse, être ressortissant de l’UE, avoir un emploi… et avoir séjourné ou travaillé en Suisse depuis cinq ans. Attribué pour une durée indéterminée, il vous met sur un pied d’égalité avec n'importe quel Suisse. Avec ce permis, certaines professions inaccessibles vous sont rendues possibles (type exercice libéral, etc.)

En gros, si vous voulez vous installer sur le plus ou moins long terme, demandez le Permis B. Après une durée de 5 ans, il sera transformé en Permis C. Les impôts seront payés en Suisse.

Pour les personnes désirant habiter en France et être ainsi frontaliers, il faudra demander le...

    • Permis G (dit "frontalier"): les conditions: posséder un contrat de travail ou déclaration d'engagement en Suisse et rentrer au moins une fois par semaine en France... Ce permis est établit pour une durée de 5 ans renouvelable, sauf si le contrat est de moins de 5 ans, auquel cas le permis sera de la durée du contrat de travail. Dans ce cas les impôts seront payés en France.
Permis travail Suisse
Démarche pour les résidents (Permis L ou B)

Cette demande devra être remplie avec votre employeur et sera délivrée par l'administration cantonale du lieu que vous aurez choisi. Ces formulaires sont généralement sur les sites des diverses administrations.

    • Formulaire de demande d'autorisation de séjour: pour le canton de Neuchâtel, le canton de Genève ou le canton de Vaud, par exemple.
    • Carte d'identité ou passeport en cours de validité (copie ou original selon le canton)
    • Attestation d'emploi de l'employeur
    • Extrait de casier judiciaire (pour certains cantons)
    • Livret de famille
    • Entre 65 et 90 CHF suivant les cantons

 

Ensuite, à votre arrivée, vous devrez vous annoncer votre arrivée à l’administration de la commune (service de la population ou service des étrangers).

Démarche pour les frontaliers (Permis G)

Pour les frontaliers, les pièces suivantes seront demandées, avec peut-être quelques variantes suivant le canton. 

    • Formulaire de demande d'autorisation de travail: disponible sur le site des administrations concernées
    • Carte d'identité ou passeport en cours de validité (copie ou original selon le canton)
    • Attestation d'emploi de l'employeur ou contrat
    • Attestation de résidence, sauf pour Genève
    • Attestation de résidence en Suisse pour les "semainiers": ceux qui veulent dormir en Suisse la semaine, sauf pour Genève.
    • 65 CHF en général payés par l'employeur

Et pour aller plus loin...

Le CV

Attention jeune aventurier(ère)! Le CV en Suisse n'est pas le même que le CV Français qui se doit lui, par exemple, de tenir sur une page. En effet, le CV Suisse possède ses particularités, et les ignorer pourait vous faire tomber immédiatement dans la mauvaise pile. Il peut en effet contenir plus d'une page, jusqu'à 3 ou 4, afin d'aérer un maximum les informations et d'expliquer en détail chaque expérience, compétence, mission, etc... Cependant, attention à ce que le nombre de pages corresponde réellement à la diversité de vos expériences. Un CV de 4 pages pour un nouveau diplômé sera aussi mal vu qu'un CV de 1 page pour un sénior avec 30 ans d'expériences.

Petite note importante: on rappelle que la mention "Permi B" de votre CV Français sera à enlever ou à remplacer par "Permi de conduire" puisque le permi B en suisse est un permi de séjour! Évitez de cette manière de vous griller tout de suite!

Pour plus de conseils sur la rédaction d'un CV Suisse:

http://www.travailler-en-suisse.ch/emploi-suisse/dossier-candidature/cv-suisse

http://www.travailler-en-suisse.ch/emploi-suisse/dossier-candidature/cv-suisse/conseils-redaction-cv-suisse.

 

Les offres d'emploi

Pour les offres d'emploi, même si le bouche à oreille et le réseau (Alumni !) fonctionne bien, vous pourrez aussi trouver sur certains sites des offres directement dans les cantons qui vous interessent:

http://www.staffsante.fr

http://www.emploisoignant.com/recherche-offres/

http://www.optioncarriere.ch/emploi-infirmier/canton-de-neuchatel-38252.html

Bon vent!

N'hésitez pas à commenter au bas de cette page pour tout complément ou demande d'information, et surtout n'hésitez pas à nous faire part de vos expériences si vous tentez le voyage!

N'oubliez pas que certains Alumni avant vous sont déjà allés s'installer en Suisse, et pourront vous donner de précieux conseils!

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

Muriel Goncalves
  • 1. Muriel Goncalves | 09/07/2017
Bonjour je viens tout juste d'être diplômée infirmière française. Je cherche actuellement un poste en Suisse en étant frontalière. J'ai déjà postuler à un endroit dans le canton de Genève. Sinon est ce que certains d'entre vous auraient des conseils pour que je puisse me diriger vers des établissements qui sont en recherche de personnels soignants.
Merci par avance
Alumni SJSL
  • 2. Alumni SJSL | 24/06/2016
"En tant que travailleur frontalier en Suisse, vous cotisez obligatoirement au système de retraite suisse.
La Suisse a organisé une protection contre les risques vieillesse, invalidité et décès selon un système d’assurances sociales coordonnées, dit des « 3 Piliers ».
Ce système repose sur un régime de base AVS/AI, un régime complémentaire, appelé communément le 2ème Pilier et une prévoyance individuelle, qu'on appelle le 3ème Pilier."

http://www.frontalier.org/retraite.htm
nico2012-2015
  • 3. nico2012-2015 | 06/04/2015
en tant que frontalier: pour les retraites cela se passe comment ? on cotise à qui ? peut on récupérer ses années de cotisation si l'ont retourne en france ?
Vous devez être connecté pour poster un commentaire